• Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Size: 100%

Locuteur

Il s’agit des locuteurs de langue première, tels que répertoriés par le site Ethnologue. Ce choix implique bien sûr que nous acceptions la liste des langues proposée par ce site, ce qui pose les quelques problèmes que nous avons déjà abordés. En outre, Ethnologue prend surtout en compte que le nombre des locuteurs L1, ce qui a le désavantage de donner peu de visibilité au phénomène véhiculaire : ainsi, le swahili a pour Ethnologue moins de 700.000 locuteurs en langue première mais plusieurs dizaines de millions de locuteurs en langue seconde, le rapport suivant les estimations du nombre de locuteurs en L2 pouvant dépasser la centaine. Mais, ici comme pour les autres facteurs, nous nous sommes interdit de corriger nos sources, pour d’évidentes raisons de cohérence scientifique. Un autre inconvénient du site est que le nombre d'habitants des pays ne se recoupe pas avec les autres sources de données démographiques. En outre la somme des locuteurs de langue première des langues du pays est souvent inférieure ce qui est acceptable, mais parfois aussi supérieure au nombre des habitants de ce pays, ce qui est plus surprenant.

Parfois les données sont évidemment approximatives. Par exemple, le gilaki [glk] et le mãzanderãni [mzn] sont deux langues voisines parlées en Iran au sud de la mer Caspienne. Ethnologue indique pour chacune des langues le nombre de 3270000 locuteurs. Il est très probable que ce soit la somme des locuteurs des deux langues qu'il a été impossible de séparer étant donné leurs proximités linguistique et géographique. La situation est similaire pour les deux variétés de mordve, le mokša [mdf] et l'erzya [myv], Ethnologue recense 614000 locuteurs pour chacune des deux langues. Il est probable qu'il existe en Afrique des cas similaires, nous n'en avons pas effectué la recherche systématique.

Il existe une autre source d'approximation, personne ne connait avec précision le nombre d'habitants dans le monde et certains géographes considèrent que 25% des naissances et des décès dans le monde ne donnent pas lieu à une déclaration aux services de l'état civil. Il semble donc illusoire de vouloir rechercher une précision dans ces données, elles ne sont qu'approximatives.

Nous ne suivons pas toujours Ethnologue pour ce qui concerne les noms des langues, que nous avons bien sûr traduits de l’anglais mais aussi parfois modifiés. Ainsi, le site confond parfois le nom d’un peuple (Mossi) et celui de sa langue (Mòoré). Mais cela ne change rien à la liste des langues, qui sont définies de manière unique grâce au code à trois caractères, ISO 639-3 dont nous faisons un large usage.

Pour être plus complet, signalons qu'il existe au moins une autre base de données décrivant les langues du monde, le "Projet Joshua"1. On y trouve le nombre de locuteurs des langues par pays et par "People Group". La motivation religieuse du site étant trop évidente, nous l'avons écarté. Il faut noter que les deux sites sont souvent en désaccord sur le nombre de pays dans lesquels une langue est parlée et sur le nombre de locuteurs dans chaque pays.