• Augmenter
  • Diminuer
  • Normal

Current Size: 100%

Madame Gaudence BWRIKINDI, Enseignante de la 1ère année, école Primaire de MWARO II, Burundi

Auteur du témoignage: 

Madame Gaudence BWRIKINDI, Enseignante de la 1ère année (18 ans d’expérience en 1ère année), école Primaire de MWARO II

Durant les premières années des 17 ans, nous enseignons les lettres avec les voyelles, mais aujourd’hui on enseigne même les consonnes, les doubles et les triples consonnes. Je vois qu’un enfant de la  première année qui a appris déjà à lire les doubles et les triples consonnes, je vois qu’en 2ème année cet enfant sera le meilleur. Je trouve que l’approche ELAN est meilleure par rapport à l’approche que j’ai pratiquée pendant 17 ans. La différence est que les enfants s’intéressent à chanter, ils ne voient même pas qu’ils sont en train d’apprendre des lettres, ils ne se fatiguent pas, ils sont contents et sont motivés. Dans l’ancienne approche il y avait des problèmes puisque les enfants étant petits et s’intéressent à chanter or nous ne chantions pas la matière seul mais les chants ordinaires mais pas des chansons outils d’apprentissages.

En termes de difficultés, moi-même étant enseignante je voyais que la méthodologie était difficile au départ parce que c’était nouveau pour moi. En voyant l’âge des enfants je croyais que les enfants auraient beaucoup de difficultés à lire ou à écrire des doubles ou des triples consonnes si je compare avec mon expérience de 1ère année, mais aujourd’hui je vois que ça va. Le départ c’était difficile car il y avait même des enfants qui ne savaient même pas parler au début de l’année, donc ils avaient des compréhensions difficiles au départ mais ça va maintenant. L’approche ELAN est mieux que l’ancienne approche. Je recommande que l’approche soit vulgarisée. Les enfants n’auront pas de difficultés en 2ème année,  ce sont des enfants dynamiques, ils aiment le travail.